artist's séries / collaborations

La première œuvre de sa collection : "Elle m’a été offerte par Antonio Recalcatti, un ami, à Milan. Le contraire d’Yves Klein :

il peignait la toile en noir, mettait une chemise blanche et se collait au fond encore frais pour faire des empreintes de son corps, enlevant de la peinture. J’avais 20 ans."

Close

La première œuvre de sa collection : "Elle m’a été offerte par Antonio Recalcatti, un ami, à Milan. Le contraire d’Yves Klein :

il peignait la toile en noir, mettait une chemise blanche et se collait au fond encore frais pour faire des empreintes de son corps, enlevant de la peinture. J’avais 20 ans."

Et si pour agnès b., la mode n’est pas de l’art, l’art irrigue sans cesse sa mode. A travers des collaborations avec des artistes comme Dominique Fury ou Ryan McGinness, le vêtement devient avec agnès b. le support à une œuvre d’art.

Tunique Gilbert & George et jupe noir, hiver 2015.

Robe blanche en coton avec dessin de Lek sérigraphié, été 2015.

Combinaison agnès b. x Ryan McGinness, parution dans Teen Vogue, mai 2010.

Dominique Fury en combinaison agnès b. x Dominique Fury

artist's séries / agnès b. X Nathalie Gilles

agnès b. X Nathalie Gilles 

 

La graphiste Nathalie Gilles collabore régulièrement pour agnès b., comme pour la collection été 2008 avec ces deux robes. Son univers peuplé de dessins au style enfantin se combine à des références aussi diverses que le cinéma expérimental, la musique ou encore la bande dessinée.

Robes bicolores avec dessins de Nathalie Gilles sérigraphiés, été 2008.

artist's séries / agnès b. X Ryan McGinness

agnès b. X Ryan McGinness

 

Ce sont des œuvres très colorées que l’américain Ryan McGinness a décidé d’appliquer à certaines pièces agnès b. Une chemise, une robe ou encore une combinaison ont servi de toile pour l’artiste.

Suite à une demande du magazine Another Magazine, il réalise en 2007 sur deux robes à encolure bateau en coton blanc des peintures acrylique. Il réitère le procédé en 2010 sur un classique de la Maison, la combinaison. 

artist’s séries / agnès b. x Jim Shaw

agnès b. X Jim Shaw

 

Pour la collection homme été 2010 l’œuvre de l’artiste américain Jim Shaw est appliquée sur un pantalon et une parka en coton huilée.  Il a également participé à la ligne t-shirt d’artiste et été exposé dans la projet room de la galerie du jour en 2011.

artist's séries / graff

Close

agnès b. aime ponctuer chacune de ses collections de quelques looks rendant hommage au street-art.

Pour la présentation de sa collection été 2008, agnès b. invite ses amis graffeurs qui réalisent à la fin du défilé une immense toile.

Robe tablier, été 2007.

Top Spirit et slim noir, été 2012.

artist's séries / t-shirts d'artistes

 

"C’est une oeuvre d’art et en même temps on vit avec, on dort avec, ça s’use et on y tient encore plus, on le perd, quelqu’un d’autre le trouve, ça circule. Même si c’est un objet qui en soi n’a pas beaucoup de valeur, on s’y attache beaucoup parce qu’il porte une signification particulière. C’est un véhicule formidable pour une œuvre, pour des idées, pour un gag ... pour s’affirmer aussi."

En 1994, sur les conseils de l’artiste cubain Felix Gonzales Torrès, agnès b. crée un tee-shirt blanc marqué d’un simple "Nobody owns me" (je n’appartiens à personne) ; c’est un véritable succès. Depuis, de très nombreux artistes ont illustrés ces t-shirts collectors.

Dennis Hopper pour agnès b.

artist's séries / t-shirts d'artistes

Close

Les t-shirts sont signés par des plasticiens, des photographes mais aussi des graffeurs, des poètes, des associations, des musiciens.

Depuis longtemps, le graffiti occupe une place particulière dans cette ligne. Futura, Mambo, Jonone ont été parmi les premiers à y signer des modèles,
suivis par Ash, Skki, O’clock ou Aone. Les t-shirts peuvent aussi porter des textes, comme la chanson de Mathieu et Andrée Chédid, “Je dis M.”, ou naître à l’occasion d’un événement ponctuel qu’agnès b. a envie de souligner :
t-shirt créé par Wong Kar Wai pour la sortie de In The Mood for Love, dont les bénéfices ont été reversés au Hong Kong Film Archive en 2000, t-shirt The Big Shave, en hommage à l’un des tout premiers films de Martin Scorsese ou encore t-shirt créé par Stéphane Hessel et Pascal Lemaître à l’occasion de la sortie de son livre manifeste “Indignez-vous” en 2011.

Sont présentées sur cette page les oeuvres de : Blast, Skki, Albert Robida, Bazooka, Berisha, Claude Lévêque, Dash Snow, Dennis Hopper, Douglas Gordon, Emmanuel Bovet, Harmony Korine, Jaya, Jean-François Sanz, Mike Lash, O'Clock, Roman Cieslewicz, Ruppert et Mulot, Stéphane Hessel et Watanabe.

 

artist’s séries / la galerie du jour

«J’ai voulu faire une galerie pour donner à voir ce que j’aime. On dit une galerie mais on pourrait dire un endroit pour montrer l’envers et l’à côté des choses, montrer de la peinture, de la sculpture, des photographies et, chaque fois, en même temps, essayer d’inventer de nouvelles façons de faire circuler les images, de les rendre à la portée de tous : esquisses, pochoirs, sérigraphies, gravures, etc. On y trouvera aussi les expositions faites par la galerie. L’endroit est encore brut, encore un peu boucherie. 
J’espère qu’il deviendra un lieu vivant où l’on voudra revenir, et s’arrêter.»

(agnès b., 1984)
Ouverte depuis 1984, la galerie du jour est une galerie d’art contemporain qui a accueilli de très nombreux artistes. Attenante à la boutique femme, elle déménage en 1996 dans un espace plus grand, à deux pas du Centre Pompidou, tout en gardant son nom et en se dotant d'une librairie. 

http://www.galeriedujour.com/

 

artist’s séries / la galerie du jour

Close

En 1996 la galerie déménage rue Quincampoix, à deux pas de Beaubourg. 

artist’s séries / point d’ironie

Le point d'ironie trouve son origine lors d’une discussion entre agnès b., Christian Boltanski et Hans-Ulrich Obrist en 1997. Six à huit numéros paraissent chaque année. Chacun est investi par un artiste qui se l’approprie pour en faire un objet d’art singulier. Périodique atypique tant par sa gratuité, son format et sa diffusion, le point d'ironie est distribué sur le mode de la dispersion (cent mille exemplaires à travers le monde dans des musées, galeries, librairies, écoles, cinémas, boutiques, etc). Inventé par l’écrivain français Alcanter de Brahm à la fin du XIXe siècle, le point d'ironie est un signe de ponctuation employé à la fin des phrases (comme un point d’exclamation ou un point d’interrogation) pour indiquer les passages ironiques d’un texte.

http://www.pointdironie.com/

 

 

 

 

artist’s séries / vive la musique !

Close

Patti Smith, David Bowie, Sonic Youth, M., Placebo, The Do, James Chance … sont autant de musiciens qu’agnès b. a habillé.

La passion d'agnès b. pour la musique se traduit pas de nombreuses collaborations ! En voici quelques exemples...

La styliste participe à la co-production d'albums comme avec James Chance pour son album "The Fix is in" sorti en 2010 ou encore Zombie Zombie.

agnès b. s'est associée à de nombreuses reprises au label Rough Trade : en 2011, à l'occasion des premiers records share day en France ou encore en 2014 pour la sortie d'un titre inédit de Koudlam.   

En 2007, agnès b. est invitée à réaliser une compilation pour le catalogue du label Ze Records. La même année, elle organise le festival b. music festival à l'Olympia avec entre autres Patti Smith et Placebo. 

Pour la dernière tournée en 2012 de Kim Fowley, agnès b. crée une sérigraphie en édition limitée.

Pour sa collection femme hiver 2015, elle invite les deux chanteuses du groupe franco-cubain Ibeyi à ouvrir son défilé au Palais de Tokyo.

artist's séries / j'aime le cinéma

Close

"C'est Christian Bourgois qui m'a fait découvrir le cinéma, lorsque j'avais 17 ans.

Il y a quelques années, mes amis Gaspar Noé et Claire Denis m'ont demandé de les aider à "finir" leurs films, Seul contre tous et Trouble Every Day...

Et puis j'ai créé Love Streams productions, en hommage à Cassavettes, puis O'Salvation aux Etats-Unis, avec Harmony Korine."

 
Grande admiratrice de Jean-Luc Godard notamment, agnes b. compte parmi ses fidèles amis de nombreux réalisateurs comme Jim Jarmusch, John Waters ou encore David Lynch (©Nicolas Guérin / Contour by Getty Images) et Larry Clark, qui ont aussi exposé à la galerie du Jour.

 

 

 

artist's séries / j'aime le cinéma

Close
Si les vêtements d'agnès b. sont souvent sélectionnés par les costumiers de cinéma, comme pour Reservoir Dogs et Pulp Fiction de Quentin Tarantino, le film de William Klein Qui a tué Polly Maggoo ? (1966) est le seul pour lequel agnès b. a tout spécialement créé ces t-shirts à rayures.
 
agnès b. soutient de nombreuses institutions culturelles, telles que la Cinémathèque française à Paris, l'Anthology Film Archives de New York ou encore la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes.
 
Depuis 2008, agnès b. et l'éditeur de DVD Potemkine se sont associés pour créer une collection de films forts, originaux et de tous horizons, souvent plébiscités par la presse spécialisée et le public. La collection agnès b. DVD / Potemkine compte aujourd'hui plus d'une centaine de titres. 

artist's séries / je m’appelle hmmm

"J’ai écrit Je m’appelle hmmm… d’une seule traite, il y a une dizaine d’années, comme quelque chose que je devais faire absolument. Continuant, bien sûr, pendant tout ce temps, mon travail de styliste, attendant le moment de faire mes “vraies choses”. Mais revenons sur ce qui m’a amenée à “faire du cinéma”. C’est Christian Bourgois qui m’a fait découvrir le cinéma.

Plus tard, un vieux Nikon m’est tombé entre les mains et après avoir longtemps dessiné, je me suis mise à la photographie. J’aime saisir ce qui me saute aux yeux, j’aime cadrer et chercher chez les autres ce qu’il y a à voir, les angles qui m’intéressent, les gestes, les manies, les attitudes. Les voir de dos, de trois-quarts, de profil. Depuis le début des années 2000, j’ai une caméra vidéo avec laquelle je réalise des films très courts de deux à trois minutes avec dans lesquels je mets mes vêtements en situation au cours de petites fictions…exercices faits dans l’urgence, tournant le jour, montant la nuit, tout cela dans les quatre à cinq jours précédant la présentation de la collection."

 

Bottom